Banner
Ni juge ni soumise

En salles

Date de l'évènement

Il n'était pas encore salles qu'on en avait déjà beaucoup parlé. Après un long périple en festivals et notamment deux mentions spéciales au Festival de San Sebastian, NI JUGE NI SOUMISE de Jean Libon et Yves Hinant débarquera en salles en Belgique le 21 février prochain.

Nous y suivrons l’atypique et excentrique juge Anne Gruwez, au sein de l’instruction belge, à Bruxelles. Enquêtes criminelles, auditions de témoins et visites de scènes de crime, les réalisateurs capturent ce que personne n’avait jamais réussi à filmer jusque-là. Ce n'est pas du cinéma. C'est pire.

Ni juge ni soumise

 

 

 

Cette réalité à nu apporte une salutaire bouffée de vrai dans les images formatées d’aujourd’hui. Strip-tease est de retour. Et c’est de la bonne.

(Télémoustique)

Un documentaire parfaitement calibré qui, (…), se prend le mur du réel en pleine face. Fascinant. (…) Le réel a repris ses droits. Le cinéma et la morale aussi. (…) Le spectateur est bouleversé. Tout le monde se retrouve à poil, comme dans un vrai… strip-tease.

G. Golhen (La première)

Le film travaille avec un mélange habile de férocité et de tendresse (…).

D. Péron (Libération)

(…) Ce personnage comme seul Jean Libon sait les dénicher (…) Le réalisateur s'allie au réalisateur Yves Hinant pour dresser le portrait d'une juge belge pour le moins extraordinaire (…) Ce film «sans limite» est très «plaisant». Ni juge, ni soumise «montre la vie dans ce qu'il y a de meilleur et de pire».

L. Dubois (Figaro magazine)

Ce n’est pas du cinéma, c’est pire», affirment les auteurs, et ils tiennent leur promesse.

A. Duplan (Le Temps)